Par le vent pleuré de Ron Rash

Par le vent pleuré - Ron Rash - Traduit de l'américain par Isabelle Reinharez - Editions du Seuil - 2017.

Dans une petite ville paisible au cœur des Appalaches, la rivière vient de déposer sur la grève une poignée d'ossements, ayant appartenu à une jeune femme. Elle s'appelait Ligeia, et personne n'avait plus entendu parler d'elle depuis un demi-siècle.

1969 : le summer of love. Ligeia débarque de Floride avec l'insouciance et la sensualité de sa jeunesse, avide de plaisirs et de liberté. C'est l'époque des communautés hippies, du Vietnam, de la drogue, du sexe et du Grateful Dead. Deux frères, Bill et Eugene, qui vivent bien loin de ces révolutions, sous la coupe d'un grand-père tyrannique et conservateur, vont se laisser séduire par Ligeia la sirène et emporter dans le tourbillon des tentations. Le temps d'une saison, la jeune fille bouleversera de fond en comble leur relation, leur vision du monde, et scellera à jamais leur destin – avant de disparaître aussi subitement qu'elle était apparue.(Présentation éditeur)

Parmi les romans de la rentrée littéraire de cet automne qui me faisaient très envie, figuraient Une histoire des loups d' Emily Fridlund et celui de Ron Rash. Pour le premier, je dois bien avouer que c'est peut-être ma première grande déception chez Gallmeister, un éditeur que j'apprécie beaucoup. Je rejoints assez facilement l'avis de Jérôme.

Mais revenons à Ron Rash. Quel immense plaisir de retrouver son écriture. Emprunté à Thomas Wolfe, le titre est déjà une merveille !! Si j'ai pu lire des avis et critiques un peu plus froides que pour ces précédents romans, pour moi il n'en ai rien quant à la qualité de ce dernier.

Même si elle apparaît assez classique en apparence, l'histoire est prenante du début à la fin et très émouvante. Les personnages sont toujours chez l'écrivain d'une grande profondeur et c'est ce qui m'a particulièrement plu. La relation entre les deux frères si différents est traitée avec justesse. On y croit. Les thèmes chers à l'auteur sont de nouveau présents : le poids de l'héritage familial, le passé, la soif d’émancipation, la culpabilité et le cadre d'une petite ville isolée.

Quand le passé resurgit, il est l'heure de rendre des comptes, Une histoire sur les choix que l'on fait dont les conséquences sont parfois impossibles à accepter et à assumer.

Ron Rash signe avec Par le vent pleuré une perle noire dont la construction romanesque est méticuleusement soignée et participe grandement à sa réussite.

Un autre avis à découvrir, celui de Krol.

Par le vent pleuré - Ron Rash - Traduit de l'américain par Isabelle Reinharez - Editions du Seuil - 2017.

Commentaires

Ingannmic, a dit…
C'est un auteur qu'il me reste à découvrir... quel titre me conseillerais-tu pour commencer ?
Guillome a dit…
@Ingannmic : celui-ci pourquoi pas ! mon premier était "le monde à l'envers" que j'avais très apprécié aussi.
krol a dit…
A Ingannmic : ils sont tous très bien ! A Guillome : je suis d'accord avec toi, c'est un bon cru !
manU B a dit…
J'avais beaucoup aimé Le Chant de la Tamassee et j'ai très envie de lire celui-ci aussi.
Jérôme a dit…
Fini hier soir. C'est un peu rapide au niveau du déroulement mais j'ai beaucoup aimé.
Guillome a dit…
@Krol : je n'ai pas tout lu (oui je sais, je sais, je vais y remédier;-))

@ManU B : justement je n'ai pas lu celui-ci ainsi que les nouvelles§

@Jérôme : au départ, j'ai été étonné par la brièveté du roman qui s'apparente finalement à une grande nouvelle. Après lecture, je me suis dit que c'était juste parfait comme traitement de l'histoire, ça aurait pu se délayer pour rien.
Marie-Claude a dit…
C'est vrai que la relation entre les deux frères est traitée avec une grande justesse.
Pour le reste, tu connais mon avis!
Nad a dit…
Pour ma part j'ai vraiment très envie de lire ce livre, en ce moment c'est l'un de ceux qui me fait le plus envie!
Bisous dans l'Avenue
Guillome a dit…
@Nad : j'imagine les envies sont nombreuses en cette rentrée littéraire. Garde le au chaud pour cet hiver!
Moka a dit…
Un tire que je commence et que je m'apprête à découvrir...
Guillome a dit…
@Moka : j'espère lire tes impressions de lecture!
dasola a dit…
Bonsoir Guillome, concernant le titre que tu conseilles à Ingannmic, ce n'est pas "Le monde à l'envers" mais "Le monde à l'endroit" que j'avais moyennement aimé. J'ai préféré Serena et Un pied au paradis". Concernant Par le vent pleuré, j'ai été intéressée par la relation entre les deux frères mais j'ai trouvé que le personnage de Ligeia n'avait pas le beau rôle. C'est une pauvre fille perdue qui a une fin tragique. Bonne soirée.
Guillome a dit…
@Dasola : c'est moi qui est la tête à l'envers du coup ! merci pour la rectification. Serena, pour moi ce fut le plus oppressant comme lecture de part le personnage féminin. je n'ai pas lu Un pied au paradis. Effectivement Ligeia est vraiment une fille perdue qui connaît une fin funeste.