Plus tard ou jamais - André Aciman

 Plus tard ou jamais - André Aciman - Editions de l'Olivier - 2008

Comme chaque été, la famille d'Elio reçoit un étudiant à passer quelques mois en pension dans leur résidence italienne au bord de la mer. Cette année, Elio,, âgé de 17 ans rencontre le nouvel arrivant : Olivier, un jeune professeur dont il tombe littéralement amoureux. Troublé, il essaiera de l'éviter, d'être distant, de feindre son attirance, mais impossible de résister devant son magnétisme et son charme.

Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un roman aussi émouvant sur la passion amoureuse depuis La chambre de Giovani. L'écriture est d'une incroyable beauté, décortiquant à la fois avec pudeur et crudité les sentiments de cet adolescent. La montée de son désir, ses doutes, ses paradoxes face à Olivier sont magnifiquement dépeints. Les événements nous sont racontés avec la distance des années, Elio, essayant de reconstituer ces quelques semaines qui le marqueront à jamais. 

Et puis, l'Italie. Un pays que j'aime beaucoup et que j'ai eu plaisir de retrouver dans cette histoire, l'impression d'y être (sa chaleur, la plage, ses rues...) ou d'entendre les personnages parler (plusieurs passages ou expressions sont en italiens et participent au décor et à l'ambiance). 

Certains reprocheront à André Aciman son écriture peut-être trop cérébrale et ampoulée. Néanmoins, elle participe à la montée en puissance de l'histoire, celle du désir et des pulsions des deux protagonistes. 

 Plus tard ou jamais - André Aciman - Editions de l'Olivier - 2008

Enfin, je trouve le titre français du roman assez bien choisi, même si le traducteur aurait pu conserver le titre original Call me by your name

Plus tard ou jamais - André Aciman - Editions de l'Olivier - 2008

Commentaires

Cristina a dit…
Wahou voilà un livre sur lequel je ne saurai passer... tu m'as trop donné envie de le lire.

Alors, Plus tard où Jamais ? Non !

C'est tout de suite ...

Merci je note et bonne journée in The Avenue :D
In Cold Blog a dit…
Moins emballé que toi, je fais partie de ces "certains". J'avais conclu mon billet par Cependant, malgré de nombreux passages lumineux, Plus tard ou jamais n’a pas réussi à m’emporter. La passion est trop intellectualisée, le style trop précieux (malgré des passages d’une grande crudité), chassant toute émotion, toute pulsion, toute animalité même.
Une exception toutefois : les poignantes retrouvailles vingt ans plus tard, des deux amants qui n’ont rien oublié. Tout comme Elio, Oliver, même s’il est désormais marié et père de deux enfants, garde un souvenir indélébile de cet été-là, exempt de tout regret mais teinté d’une douce nostalgie.
joseph a dit…
cérébrale et ampoulée, un peu à la manière de Proust ou style nouveau roman (Butor) peux tu éclairer ma lanterne très alléchée je dois dire par cette critique!
Guillome a dit…
@ christina : oui vas-y fonce !!! c'est un livre que j'ai emprunté à la bibliothèque. un livre que je veux posséder tellement j'ai aimé !

@ In cold blog : c'était un clin d'oeil pour toi, ayant retrouvé ton avis sur babelio (hé hé hé)

@ Joseph : pas facile d'expliquer. Ce n'est pas du Proust, Butor, je sais (pas lu). mais comme le dit dans sa chronique "in cold blog" un style précieux. un livre que j'avais repéré à la librairie "http://motsbouche.com/fr/" qui en avait fait un coup de coeur. Un roman qui a fait écho à ma vie. j'espère que tu pourras le lire. n'hésite pas à revenir pour me donner ton avis. ciao