moi et toi (io e te) di Niccolo Ammaniti

moi et toi (io e te) di Niccolo Ammaniti
J'étais impatient de lire le dernier roman de Niccolo Ammaniti, publié en 2010 en Italie et publié en France pour cette rentrée littéraire. Un roman très court qui s'apparente pour moi davantage à une nouvelle (150 pages, typo assez grosse, marges importantes, 15€ merci Albin Michel!). 

Lorenzo est un ado qui n'arrive pas à s'intégrer aux autres, à se faire des amis et ça depuis qu'il est petit. Ses parents, inquiets, sont agréablement surpris et soulagés lorsque leur fils leur annonce qu'il est invité par une camarade de classe à skier à Cortina pour une semaine. 

Seulement voilà, c'est un mensonge. Lorenzo a tout préparé pour passer la semaine mais seul, dans la cave de son immeuble. Pourquoi a-t-il menti ? Il ne saurait l'expliquer. Une fois installé dans son refuge, l'arrivée de sa demi-sœur va chambouler son plan, remettre en cause son univers et ses certitudes. 

Dans un lieu confiné et étouffant, un face à face entre deux solitudes. Un duel entre deux être en souffrance, dont les carapaces vont peu à peu se craqueler.

Voici un portrait d'un adolescent timide qui a peur de se dévoiler au monde. Grand observateur de ses congénères, il essaye de les imiter pour se fondre parmi eux, de donner le change, mais sans grand succès.  Le mieux pour lui est de se faire oublier et passer inaperçu. Mais une fois enfermé dans la cave, il sera obligé de se confronter à l'autre et de s'ouvrir. Un passage à l'âge adulte en version accélérée sur quelques jours de souffrance, de dépassement de soi, d'entraide. 

Sous la plume d'Ammaniti et à la lecture de ses autres romans, je m'attendais à un texte plus percutant et plus fouillé. Alors même si j'apprécie toujours son écriture fluide et évidente, je me demande pourquoi il n'a pas davantage développer son récit et ses personnages. Pourtant l'histoire s'y prêtait tout à fait. J'ai retrouvé comme Je n'ai pas peur ou Comme dieu le veut cette tension sous-jacente mais je suis resté sur ma faim. J'attendais peut-être trop ou autre chose de ce roman. 

Néanmoins, je suis curieux de voir le film de Bernardo Bertolucci qui a adapté ce livre, présenté, hors compétition au festival de Cannes 2012 (Bande annonce).

A l'occasion de la sortie de Moi et toi, les éditions Robert Laffont rééditent un autre roman de l'écrivain : Je n'ai pas peur que j'avais particulièrement aimé.




D'autres romans de cet écrivain à retrouver sur ce blog :
Je n'ai pas peur
Dernier réveillon et autres nouvelles cannibales
Comme dieu le veut
La fête du siècle





tous les livres sur Babelio.com

Commentaires

Ton avis et le mien que tu as pu lire effectivement se rejoignent mais j'ai l'impression que c'est un peu général, ce livre est bien sur de nombreux aspects mais force est de constater qu'il y manque un petit je-ne-sais-quoi qui aurait pu le rendre encore meilleur.
Merci de ton passage sur mon blog qui m'a permis de découvrir le tien.
In Cold Blog a dit…
Ce matin, Leiloona n'est pas plus enthousiaste que toi
Leiloona a dit…
ICB m'a fait connaître ton blog ... J'ai moi aussi écrit une chronique sur ce livre, billet publié aujourd'hui aussi ...
Je n'ai pas été touchée par ce livre car j'ai trouvé la situation très convenue, très "déjà-vue" en fait. Et effectivement le livre est peu fouillé.
Guillome a dit…
Bonjour Leiloona ! effectivement c'est du déjà-vu mais ça peu importe. Ammanit a su m’époustoufler (avec "comme dieu le veut" par exemple) alors évidemment ce titre me paraît plus tiède. je serais néanmoins curieux de savoir dans quel contexte l'écrivain l'a-t-il écrit et le pourquoi du comment qui pourrait m'éclairer peut-être davantage, et avoir une autre lecture du roman. merci de ta visite, et à très vite sur ton blog pour voir ton avis.@ +
Guillome a dit…
Bonjour "les livres de Georges" ;) j'avais tellement aimé ses autres romans que je suis peut-être plus exigent ;) idem pour la découverte de ton blog ! au plaisir de partager !
Salut Laurent ! effectivement je commence à lire sur la toile plusieurs avis mitigés sur ce roman. Pourtant, il serait dommage de passer à côté de cet écrivain que j'aime beaucoup. Bonne journée et à bientôt !