Balancé dans les cordes de Jérémie Guez

Balancé dans les cordes de Jérémie Guez la tengo éditions

Jérémie Guez m'avait déjà épaté avec son 1er roman Paris la nuit (voir la chronique) Voici un 2ème roman qui confirme haut la main le talent de cet écrivain de 25 ans.

C'est l'histoire d'un jeune boxeur, Tony. Alors si comme moi, la boxe n'est pas votre tasse de thé, ici peut importe. Dès les premières lignes, on est sur le ring avec lui. On ressent toute l'adrénaline que ça lui procure. Je me suis mis à contracter les muscles de mes mains qui tenaient le livre quand celui-ci était sur le ring face à son adversaire. On a qu'une envie : que Tony réussisse dans sa carrière.

Surtout que dans un mois, c'est son premier match "pro". Il est à un tournant de sa vie, et son oncle ne manque pas de lui rappeler. C'est lui qui l'a fait monter sur un ring étant gosse quand il se prenait sans cesse des trempes par d'autres gamins de la cité. La boxe, pour se défendre, s'endurcir et avoir un but dans la vie. La boxe qui pendant toutes ces années l'a éloigné des autres mecs de la cité, des trafics de drogues et des problèmes.

Mais tout va partir en vrille lorsque Tony décide de venger sa mère. Une mère qui se prostitue et qui un jour se fait un peu trop tabasser. Tony sait qu'en faisant appel à Miguel, un mafieux d'une autre cité, il va payer le prix fort. Pris dans l'engrenage de devoir payer sa dette, ses rêves d'un avenir meilleur s'envolent.

Conçu comme une trilogie, on retrouve dans ce deuxième volet la même descente aux enfers d'un mec sans histoire dans le milieu de la cité que dans Paris la nuit. Jérémie Guez sait parfaitement tenir son lecteur sous tension sans le lâcher une seule seconde. L'écriture est simple, directe, nerveuse et efficace.  Un très bon roman noir avec des personnages profonds et hautement crédibles.

Jérémie Guez continue à nous emmener dans un le Paris de la nuit. Après un entraînement ou un match, Tony prend sa moto pour rouler à toute vitesse sur le périph. Échappatoire qui lui permet un instant d'oublier cette cité étouffante. Mais sortir de son quartier et de ses codes, c'est devenir vulnérable. C'est d'ailleurs ce que le lecteur pressent assez vite : une chute qui va faire mal, très mal. 

Je ne peux que vous conseiller de découvrir ce jeune écrivain et d'allez faire un tour du côté de chez Black novel, Encore du noir, Les Gridouillis et Passion polar.

tous les livres sur Babelio.com

Commentaires

Pierre FAVEROLLE a dit…
Eh bien oui, il faut lire Jeremie Guez. Tu as bien raison sur tous les points, un style, des personnages et des histoires simples, des thèmes empruntés chez les grands du noir pour mieux les revisiter. Bref, du tout bon, et merci pour le lien. Amitiés. Pierre
du noir comme je l'aime. au plaisir d'échanger sur d'autres romans.@ +
gridou a dit…
tous derrière Jérémie ! YEAH !!!
t'as préféré le 1er ou le 2nd toi ?
yeaaaaaaaah ! ex-æquo ;-)