Ad occhi chiusi (Les yeux fermés) di Gianrico Carofiglio

Les yeux fermés) di Gianrico Carofiglio

J'ai enfin pris le temps de lire cet écrivain qui me faisait de l'oeil depuis longtemps. Pourtant, je l'avais mis de côté ayant quelques craintes : pourquoi l'avais-je estampiller négativement "roman procédural" (c'est comme ça qu'on dit ? ou "trhiller judiciaire" à la John Grisham ?) Parce que tout ce vocabulaire de procédure judiciaire, avocats et silence sinon je fais évacuer la salle...très peu pour moi. Et paf, une fois de plus, je me suis bien planté et je regrette déjà d'avoir attendu si longtemps. Car il s'agit effectivement bien d'un procès, mais accessible pour un néophyte court, efficace, bien écrit...enfin le top quoi.

Côté histoire, ça part direct, sans préambule et de manière assez classique. Guido Guerrieri est avocat à Bari. Un poil moqueur de lui-même et sur son métier, le voilà prêt à défendre une jeune femme sans défense contre un gros méchant. Il reçoit dans son cabinet une femme battue. Elle souhaite se constituer partie civile contre son ex amant qui n'est d'autre que le fils d'un grand magistrat de l'Italie du Sud, contre lequel personne n'ose s'attaquer. Alors bien sûr notre avocat prend les paris, décide de la défendre mais s'aperçoit rapidement qu'il est dans le pétrin. Très peu de preuves, parole contre parole et des collègues avocats le dissuadant de se lancer dans ce dossier pourri. Commence alors la constitution des preuves, l'ouverture du procès...

Le personnage de l'avocat m'a tout de suite plu. On se lie d'amitié avec lui rapidement, l'auteur utilisant un langage familier et un humour qui crée une proximité immédiate avec le lecteur. Carofiglio ne fait pas dans le détail, enchaîne les choses les unes après les autres, et donne une fluidité au récit.

Le 2ème personnage qui a retenu mon attention n'est pas forcément la femme défendue mais son acolyte : soeur Claudia, directrice d'un foyer d'accueil pour femmes battues. Elle est plutôt canon, jean et veste en cuir et prof de boxe chinoise à ses heures perdues. Son côté glacial et son regard impénétrable m'ont fait douté sur son rôle dans l'histoire tout au long du roman.

On avance donc très rapidement. Le procès se dilue dans le temps pour laisser place à la vie de l'avocat et sa relation avec son amie, ses angoisses et ses doutes. Ce qui renforce la proximité avec le lecteur et le rend encore plus humain et perfectible.

Et puis on croit deviner assez rapidement l'issue du procès et vlan coup de théâtre ! (pas d'arriver de témoin à la dernière minute je vous rassure) Le roman prend alors un virage inattendu. J'ai aimé me faire surprendre et je suis resté un peu sur ma faim, regrettant que le livre soit si court. Bilan, c'est une très belle surprise. Je vais tâcher de commencer par la première aventure de Guido et son Témoin involontaire.

Je vous laisse apprécier les avis de Manu, de Thierry et de Jean-Marc avec qui je partage bien volontiers leur avis.

Commentaires

BiblioMan(u) a dit…
Comme je le disais quelques minutes plus tôt sur le blog, je suis content qu'il t'ait plu. "Les raisons du doute", le troisième est lui aussi bien prenant. En tout cas, j'ai eu plaisir à retrouver le personnage de Guido.
bah écoute, parfait donc pour commencer l'année ! à +