Nécropolis 1209 de Santiago Gamboa

Nécropolis 1209 de Santiago Gamboa
Voici une roman hallucinant et déjanté !

L'histoire :
 
Un jeune écrivain est invité à un congrès littéraire à Jérusalem. Il y rencontre d'autres écrivains et personnalités dont José Maturana, personnage haut en couleur : ancien drogué reconvertir en pasteur évangélique et écrivain sur le tard. Mais malheureusement ce dernier est retrouvé mort dans la baignoire de la chambre d'hôtel. Notre jeune écrivain se prête au jeu de l'enquête car le suicide annoncé de son compère lui semble suspect.

L'histoire principale est entrecoupée d'histoires à tiroir dont les différents pièces assemblées formeront un puzzle complet époustoufflant. Autant vous dire que vous irez de surprises en surprises en vous demandant jusqu'où la folie de l'auteur s'arrêtera.

L'écrivain est un raconteur fou de récits loufoques, d'autres sombres et sordides, d'une crudité sans bornes pour certains. Santiago Gamboa s'en donne à coeur joie avec ses personnages furieux, inclassables, n'hésite pas à les maltraiter, à la trainer dans la boue pour les ressusciter, à les rendre pathétiques, attachants et détestables à la fois.

Cet écrivain colombien s'autorise absolument tout, nous fait croire l'impensable avec une facilité déconcertante. Le lecteur passe son temps à rire et à écarquiller les yeux devant une telle prouesse littéraire ! C'est jubilatoire et génialissime.

Comme le souligne Alain dans son très bel article, pour ceux en quête d'histoires convenues, vous l'aurez compris, passez votre chemin. A lire aussi les critiques de Moisson noire et de JM Laherrère.

Commentaires

gridou a dit…
j'achète ! Déjà que la couv. m'intriguait...
par contre pour glamorama...j'ai pas trop aimé - on en reparlera quand tu l'auras lu.
il existe même deux couvertures différentes pour ce roman. Je vais rajouter la 2ème d'ailleurs.

pour ce qui est de glamorama, je t'avoue que pour l'instant au bout de 120 pages, pas très emballé mais je persévère....je lui laisse sa chance !
gridou a dit…
ooooh ! j'aime les deux :)
In Cold Blog a dit…
Très tentant... Ce qui est dit du style de l'auteur me fait penser à Chuck Palahniuk.
Et c'est vrai que la couv' y ajoute son pouvoir de séduction.
c'est la couv qui m'a donné envie de m'y plonger. et j'ai réalisé plus tard que j'avais acheté il y a longtemps un autre roman de lui sans prendre le temps de le lire "perdre est une question de méthode" (cette fois ci c'est le titre qui m'avait séduit)...je suis donc ravi de ressortir un livre de ma PAL.
Et pour Chuck Palahniuk, pas encore découvert (pourtant j'ai un ami qui m'en a parlé et reparlé...il faut que je prenne le temps, mais après un livre comme celui-ci une petite pause digestive s'impose).
Bruno a dit…
Zut, tu m'as ferré avec ton commentaire !!!J'appelle immédiatement le Père Noël !
Bruno, j'en suis bien désolé :)