Il bell'Antonio (Le bel antonio)

Il bell'Antonio (Le bel antonio)

Présentation de l'éditeur :

Le bel Antonio qui fait la fierté de ses parents est incontestablement le plus joli garçon de la ville. Aussi bien n’éprouve-t-il aucune difficulté pour devenir l’époux de la plus belle et plus riche jeune fille des environs. Mais après trois ans d’apparente félicité, la jeune épouse apprend grâce à une servante indiscrète ce que devrait être sa vie conjugale et sexuelle. C’est ainsi qu’éclate l’abominable vérité : l’épouse est toujours vierge, le mariage est blanc. Viennent alors le scandale, la disgrâce d’Antonio, le désespoir de son père et surtout la démonstration éblouissante que les divorces à la sicilienne peuvent être d’une cocasserie tragique…

Le roman comporte de nombreux dialogues jubilatoires entre les deux familles ennemies qui tentent de sauver leur honneur face au problème insoluble de leurs enfants.Un certain grotesque parsème le livre, contrairement au film dont l'humour est moins présent, hormis les scènes de familles qui s'apostrophent au balcon et le tempérament colérique et présomptueux du père d'Antonio, dont la virilité incarne un machisme italien caricatural.

Le livre de Vilatanio Brancati, écrit en 1949 a été adapté au cinéma par Mauro Bolognini en 1960. Claudia Cardinale et Marcello Mastroianni partage ce film qui remportera Le Léopard d'or au festival de Locarno.
Le scénario est signé Pier Paolo Pasolini et Gino Visentini. Certains plans sont prodigieux. Dommage que la version du dvd ne comporte aucun bonus :( !

Une critique ici très intéressante pour ceux qui veulent en savoir plus..


Commentaires

Syl./Gay Cultes a dit…
Beau film froid.
LA Cardinale y est assez décevante pour qui la vie chez Visconti ou chez Leone où elle irradie !
Mais je ne suis pas sûr d'apprécier vraiment Bolognini : la diffusion actuelle de ses films sur France 3 confirme.
merde, on a pas la tv :)
Eeguab a dit…
Trsè bon livre et très bon film. Et moi j'apprécie beaucoup Bolognini.
Guillome a dit…
Merci pour ton commentaire Eeguab, après ce film j'avais vu "les garçon" du même réalisateur, un petit bijou.