Sukkwan island de David Vann

Sukkwan island de David Vann gallmeister
Après le post de LeFa, voici le mien, histoire de renfoncer le clou.

Avant de commencer ce livre, j’ai évité de prendre la température des critiques de presse et d’avis d’autres lecteurs. Et j’ai bien faît car j’ai eu toute la surprise de ce roman.
Dès les premières lignes, on sent bien qu’il va se passer quelque chose d’important. On sent bien que le jeune Roy qui accompagne son père pendant une année sur une île au milieu de nul part n’a pas du tout envie d’être là. Il commence sérieusement à angoisser devant son père qui manifestement ne s’est pas bien préparé pour survivre. Pourtant la paysage est idyllique : c’est encore l’été, la nature est luxuriante, il fait chaud et ce retour au sources dans une nature vierge et apaisante ne peut que tomber à pic pour renouer entre père et fils. Mais rapidement, David Vann sème le doute, l’angoisse, la peur. Je m’arrête, j’en ai déjà trop dit. J’ai été happé par ce roman. Un vrai choc pour moi. Les interprétations du roman sont multiples et ne manqueront pas de faire débat entre lecteurs.

Après lecture, je suis allé voir sur la toile ce qu'en pensait certains. Beaucoup ont aimé (notamment ici) mais pas seulement (voir la chronique de Cynic63 qui mérite le détour).
Après lecture, je n’ai qu’une envie, de plonger dans le catalogue de Gallmeister pour y faire d’autres découvertes.

Commentaires

tulisquoi a dit…
Je vois qu'on a eu le même réflexe de ne pas aller voir ce qui se dit ailleurs avant de le commencer ! Tant mieux, la surprise n'en a été que meilleur !
oui tout à fait ! c'est ce que je conseille à ceux qui ne le connaisse pas ! :)
Midola a dit…
C'est en tout cas un livre qui ne peut pas laisser indifférent, qu'on l'aime ou non !
exactement, et les interprétations sont multiples !